«La vie est un combat», tel était le message que monsieur Paul Gérin-Lajoie prônait le 26 janvier 2016 devant une salle comblée d’étudiants en droit. C’est sur cette note que le symposium Pro Bono débutait au cabinet McCarthy Tétrault. Pour l’occasion, ce grand cabinet accueillait chaleureusement des étudiants bénévoles provenant de toutes les sections de droit civil du Réseau national d’étudiant(e)s pro bono, soit de l’Université de Sherbrooke, de l’Université d’Ottawa, de l’Université Laval, de l’Université de Montréal, de l’Université McGill ainsi que de l’Université du Québec à Montréal. McCarthy Tétrault est reconnu pour ses nombreux cas pro bono et est un fier associé du Réseau national d’étudiant(e)s pro bono. Il est à souligner que l’événement était organisé par les coordonnateurs universitaires du Réseau. L’orateur de la soirée était nul autre que monsieur Paul Gérin-Lajoie, remarquable avocat, politicien et philanthrope québécois.

 

Du haut de ses 95 ans, cet ancien Ministre de l’Éducation du Québec a ému toute la salle par son discours éloquent et le pouvoir des mots qu’il a su nous transmettre. M. Gérin-Lajoie a commencé par nous faire un survol de son cheminement scolaire. Celui-ci a fait naître en lui un désir constant de combat pour l’accessibilité à l’éducation. Un combat qu’il a mené toute sa vie et qu’il ne cesse de mener aujourd’hui. Tout au long de la conférence, l’orateur nous faisait comprendre qu’il était temps d’assumer le choix de carrière que nous avions fait et par le fait même combattre pour la justice. En effet, comme M. Gérin-Lajoie voulait tant le souligner, ce n’est pas parce qu’on obtient notre diplôme en droit qu’on peut se reposer à certains égards. Nous sommes le symbole de la justice et il est de notre devoir de nous battre pour des changements dans notre société. En choisissant le droit, nous avons choisi une vie de combat qui a pour finalité d’améliorer les conditions de vie des citoyens. À travers les mots de l’orateur, nous pouvions tous voir l’impact à grande échelle que notre travail au sein de l’équipe de Pro Bono pourrait avoir.

 

Pour ce qui est de l’accessibilité à l’éducation, celle-ci peut nous paraître aujourd’hui comme un acquis. Par contre, ce n’était pas le cas auparavant et cela continue d’être un problème dans d’autres pays. La solution selon M. Gérin-Lajoie est d’exiger une universalité des droits. Une éducation universelle accessible pour tout ceux qui ont le désir d’apprendre et cela peu importe l’âge. Il ne faudrait donc pas rechercher la paix à travers la commodité du statu quo.

 

Gérin-Lajoie se disait heureux d’être présent parmi nous et tenait à nous rappeler que comme lui, il faut maintenir ce désir pour l’engagement, car ce dernier permet de ressentir la satisfaction d’un travail accompli. Pour continuer, il s’est livré à une discussion vive et passionnée avec M. Julien Pelletier, stagiaire chez Juripop. Lors de cette discussion, il était question du lien entre l’éducation et l’accès à la justice. M. Gérin-Lajoie a répondu qu’il va de soi que le droit à la justice est égal au droit à l’éducation et que l’un ne peut aller sans l’autre. Une période de questions des étudiants a suivi. Des questions sur la gratuité de la justice ont été posées ainsi que sur l’importance du bénévolat dans le système de l’éducation. L’orateur a tenu à dire qu’il est important qu’un minimum de services juridiques gratuits soit accessible à la population. C’est de notre devoir de continuer notre implication au sein de Pro Bono afin de garantir l’existence d’une gratuité des services juridiques.

 

À la suite de cette conférence passionnante, un cocktail s’est enchainé. Celui-ci a permis aux étudiants de continuer leurs échanges avec l’orateur ainsi qu’avec tous les avocats du cabinet McCarthy Tétrault.

La soirée fut un succès et chaque participant en est sorti avec un élan d’inspiration et un fervent désir de changement. Pour nous, étudiants en début de parcours, M. Gérin-Lajoie nous a transmis une étincelle nous encourageant à nous battre réellement pour l’accès à la justice et l’éducation.  Pour d’autres, il a su rallumer la flamme de ce désir de l’engagement. Notre but commun, à tous, étant de transformer notre  société pour que justice rime avec accessibilité et non accumulation de richesse et de pouvoir.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon
  • White LinkedIn Icon
  • White YouTube Icon