Formation en intervention en cas d'agression sexuelle à Fredericton

Au cours de l'année scolaire 2017-2018, un étudiant de PBSC à l'UNB travaillera en collaboration avec le Centre d’aide en cas d'agression sexuelle de Fredericton (CAASF) en vue de chercher, d’élaborer, d’exécuter et d’évaluer une initiative de formation pour les professionnels de la justice pénale. Le projet Améliorer l’intervention de la justice pénale en cas de violence sexuelle au Nouveau-Brunswick a été mis au point au bon moment étant donné les récentes plaintes condamnant la conduite des juges dans des affaires d'agression sexuelle ainsi que la campagne de communication virale # MeToo.

 

Jenn Goham, le superviseur du CAASF, a dit à PBSC de l’UNB ce qui suit :

 

La grande majorité des victimes d'agression sexuelle accueillies au Centre d’aide en cas d'agression sexuelle de Fredericton déclarent que leur expérience avec le système de justice pénale était souvent traumatisante et même regrettable, et qu’elles n'auraient pas dû porter plainte si elles avaient su comment elles seraient traitées tout au long du processus.

 

Karla O'Regan, l'avocate superviseure du projet, a également constaté que « l’expression “Je ne pensais pas qu’on me croirait” était l'une des principales raisons pour lesquelles les victimes de violence sexuelle décidaient de ne pas porter plainte auprès de la police. » 

 

Mme O'Regan a également ajouté ce qui suit :

 

Des projets comme ceux-ci, qui permettent de discuter avec les principaux intervenants du système de justice pénale à propos de la recherche axée sur les traumatismes subis et des pratiques exemplaires, sont une partie intégrante pour aborder ce problème. … une collaboration accrue entre la police et les groupes de représentation des victimes permet la mise au point d’une entente mutuelle et le développement d’une empathie qui aident à améliorer la prestation de services et le processus de plainte des victimes.

 

La coordonnatrice de programme de PBSC à l'UNB, Natalie Feltrin, décrit comment le projet s'est réalisé : « Je communiquais avec le CAASF au cours de l'été dans l'espoir de développer un projet axé sur l'aide aux victimes en prise avec le système de justice pénale et j’ai découvert que le CAASF avait besoin d'aide pour la recherche juridique pour un projet similaire qui était déjà en cours. »

 

Pendant l’étape de développement du projet, Mme Feltrin savait que ce projet nécessitait un étudiant en droit bénévole qui soit singulier, empathique et intelligent, ce qu'elle a trouvé chez Desiree Duplessis. Mme Duplessis, étudiante en troisième année en droit, apporte de vastes connaissances et de la passion au projet. Elle a déclaré ce qui suit :

 

Le projet m’intéressait parce que je voulais travailler avec le Centre d’aide en cas d'agression sexuelle de Fredericton. L'intégration du droit, de la sociologie et de la neurobiologie a en plus retenu mon attention, car ce sont certains de mes principaux domaines d'intérêt. En outre, la question de représentation des droits des victimes d'agression sexuelle me tient à cœur ayant moi-même et de nombreux de mes proches vécu une telle expérience.

 

Mme Duplessis collaborera avec des représentants du système de justice pénale, de services aux victimes et le CAASF afin d’élaborer une formation qui permettra d'aborder les préoccupations et les problèmes singuliers qu’éprouvent les professionnels de la justice pénale dans les affaires de violence sexuelle. Gorham a indiqué ce qui suit :

 

L’un des résultats principaux du projet Améliorer l’intervention de la justice pénale en cas de violence sexuelle au Nouveau-Brunswick serait d’aider les membres du système de justice pénale à adopter des ententes tenant compte des traumatismes subis et adaptées à la violence sexuelle dans les affaires de violence sexuelle dans le but d'améliorer le processus de plainte et de poursuite d’acteurs de violence sexuelle et de violence sexuelle exercée par un partenaire intime. De cette façon, ce projet offre une occasion unique pour le Nouveau-Brunswick de se conformer aux pratiques exemplaires actuelles d’intervention de la justice pénale en cas de violence sexuelle.

 

Mme Feltrin fait écho aux espoirs que voit Gorham dans le projet. Elle croit que le projet du CAASF sera extrêmement bénéfique, car :

 

il est axé sur l'éducation des professionnels du système de justice pénale au sujet de l'effet souvent traumatique du procès pour les victimes. L'approche unique de mener des entretiens avec des juges et des procureurs aidera le CAASF à comprendre les perspectives du système de justice tout en permettant au CAASF de fournir le matériel didactique pour réduire l'effet négatif sur les plaignants.

 

PBSC est fier de travailler en partenariat avec le CAASF. Nous apprécions le travail effectué pour améliorer l'intervention du système de justice pénale auprès des victimes d’agression sexuelle et de traumatisme. Pour en savoir plus sur le travail du Centre d'aide en cas d'agression sexuelle de Fredericton, rendez-vous au http://fsacc.ca/fr.

 

 

 

 

Les étudiants de PBSC à l'UNB travaillent en collaboration avec le Centre d'aide en cas d’agression sexuelle de Fredericton afin d'améliorer l’intervention du système judiciaire auprès des victimes d'agression sexuelle et de traumatismes.

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon
  • White LinkedIn Icon
  • White YouTube Icon